Wiki Celvain
Advertisement

Jacques Celvain (né en 1895) est le cofondateur et le maire du village de Celvain. Dans les années 1920, en compagnie de son frère Tristan Celvain, il a été mandaté par la compagnie forestière North Tree pour installer un poste de drave sur la rive est de la rivière Saint-Maurice. Après avoir travaillé plusieurs années au développement de la petite communauté, il a été élu maire en 1928.


Description physique[]

Jacques Celvain est né avec un handicap à la jambe droite. Il est capable de marcher, mais jamais sur de longues durées. Il n'est pas très grand, mais il a une stature très robuste. Très jeune, il s'adonnait à des concours de bras de fer et l'emportait haut la main sur ses adversaires. Étant donné l'importance de son poste au village, il se présente toujours de manière impeccable au public : chemise, cravate, veston, chaussures cirées du matin. Ses cheveux sont foncés et toujours bien peignés. Il porte au dos une cicatrice d'un accident survenu dans un camp de bucheron, alors qu'il n'avait que 15 ans. Toute sa vie, en raison de sa posture et de son statut, il a paru plus âgé qu'il ne l'était réellement. Cette caractéristique lui a probablement valu d'obtenir le contrat de développement du territoire à 25 ans, une première

Desciption psychologique[]

Le trait de caractère le plus évident chez Jacques Celvain est son entre-gens. Il est très sociable, ce qui lui a permis de se faire élire à l'unanimité, lorsqu'il s'est présenté à la mairie. Les citoyens ont confiance en lui. Il est d'ailleurs très minutieux et perfectionniste dans son travail, provoquant parfois l'ire de ses conseillers, qui voudraient que les choses se déroulement parfois un peu plus vite.

Il est aussi bouillant; malgré sa bonne humeur, il ne faut pas trop le contredire, car il a beaucoup de difficulté à retenir ses émotions.

Jacques Celvain aime beaucoup chasser. Alors qu'il chassait souvent pour subvenir à ses besoins dans sa jeunesse - il ne provient pas d'une famille aisée, il s'y adonne maintenant en passe-temps puisque cela n'est plus une nécessité aujourd'hui.


Description Sociale[]

Jacques Celvain est l'aîné d'une famille de huit enfants nés dans un petit village près de Trois-Rivières. Très jeune, il a dû aider ses parents plus ou moins fortunés en exerçant plusieurs emplois. Il a découvert le Nord de la Mauricie durant son adolescence, alors qu'il était bucheron. Bien vite, il a su se trouver une place au sein de la compagnie pour laquelle il travaillait; il s'est fait payer des études lui permettant d'occuper des fonctions dans l'administration de cette compagnie. Son frère Tristan a toujours été son meilleur ami et l'a suivi dans la plupart de ses développements. C'est d'ailleurs avec lui qu'il a fondé le village de Celvain. Maintenant, à part son frère, il ne voit plus beaucoup sa famille: ses parents sont décédés et ses frères et soeurs sont tous dispersés aux quatre coins de la province.

Depuis la fondation du village, il s'occupe de l'administration civile. À une époque où il n'y avait pas encore de mairie, il était en quelque sorte le notaire de Celvain. Puis, comme écrit plus haut, le choix s'est avéré logique pour l'ensemble des citoyens de l'élire maire, car il était celui qui comprenait mieux le fonctionnement du village et il entretenait d'excellents liens avec les administrateurs de villages voisins.


Notices Biographiques[]

Avant d'épouser sa femme, Jacques Celvain a eu une longue relation avec Cécilia Dubé, une amie d'enfance. En 1922, ils habitaient Montréal et il travaillait comme employé de gestion pour la North Tree. Cécilia prévoyait se marier et espérait avoir plusieurs enfants. L'emploi de Jacques Celvain étant modeste, mais lui rapportant suffisamment d'argent, il économisait pour s'acheter une maison. Puis, les choses se sont compliquées. Cécilia est tombée malade, lentement elle s'est retrouvée alitée. En l'espace d'un an, elle mourait, laissant Jacques Celvain dans un profond deuil. Pour mieux vivre sa perte, il se proposa pour aller "ouvrir" le chemin reliant la Mauricie au Saguenay. Et de fil en aiguille, il fonda le village de Celvain, dont il est aussi le maire depuis quelques années.

Célibataire depuis plusieurs années, Jacques Celvain a rencontré sa femme en 1930, alors qu'elle emménageait dans le tout nouveau village. À l'époque, elle vivait encore à la maison familiale, mais affichait une grande maturité pour son âge, puisqu'elle s'occupait à elle seule de toute sa nombreuse famille, sa mère étant décédée quelques années plus tôt. Les deux tourtereaux n'ont pas tardé à s'engager. Les fiançailles arrivèrent quelques mois après leur première rencontre, si bien qu'en un an, ils étaient déjà mariés. Comme plusieurs bâtiments n'étaient pas tout à fait complétés à l'époque, le mariage eut lieu dans la première chapelle du village.

Jacques Celvain ne parle pas souvent de son handicap. Lorsqu'il était jeune, il se faisait intimider par les autres enfants de son village, mais cela forgea énormément son caractère. Il dut apprendre à se défendre. Sa grand-mère lui apprit l'art oratoire, la rhétorique. En cachette, quelques fois par semaine, il se rendait chez elle pour parfaire sa diction, son vocabulaire et son intonation. Il ne savait pas, à ce moment, que tout cela allait lui servir plus tard. Au fait, il ne s'en servit pas vraiment contre les autres enfants; comme il était plutôt bâti, il utilisa plutôt les poings pour régler ses différends.

== Légende==

Le corps sans âme

L'amour ne meurt jamais,

La légende des deux bûcherons

La malédiction des Bétafort

Tout pour notre enfant

La forêt aux feuilles vertes

Le miséreux jeune homme

La légende du quêteux

La Légende de Celvain

La Fille paralysée

La bête de Noël

Advertisement